SORTIES 2018-2019 

Sortie de printemps : Madrid 

4 jours :  8/9/10/11 mai 2019

Programme.

Jour 1 : Saint Gaudens

Route en direction de Burgos

Puis, direction Ségovie.

Jour 2 : L'Escorial / Tolède

Tour panoramique en autocar pour une découverte de Ségovie, ville classée au Patrimoine de l'Unesco avec son très spectaculaire aqueduc romain qui enjambe vingt siècles d'histoire.

Route en direction de L'Escorial, ce grandiose monument dédié, par Philippe II, à Saint-Quentin.

Visite des appartements royaux, du Panthéon Royal, du pavillon du Prince.

Route en direction de Tolède, ancienne capitale des Goths.

Tour panoramique guidée en autocar et à pied du centre historique.

Jour 3 : Madrid

Visite guidée panoramique de Madrid, la Puerta del Sol, la fontaine de Cibeles et la plaza Mayor, la place d'Oriente, la Gran Via.

Visite du Palais Royal à Madrid ou visite du Palais du Prado.

Temps libre.

Jour 4 : Madrid et retour Saint-Gaudens

Le matin, promenade dans le parc du Retiro.

Puis retour en direction d'Aranda de Duero.


Sortie journée du 6 avril 2019 

GARGAS/CASINO de BARBAZAN

Programme :

Rendez-vous : 7h45 parking PEGOT St-Gaudens

Départ direction BARBAZAN

1 - Arrivée à GARGAS-NESPLORIA : Visite du musée et de l'exposition

2 - Après la visite, le groupe sera divisé en deux, le nombre de personnes étant limité - autant pour la visite de la grotte que de la Safranière.

Le bus se chargera de véhiculer chaque groupe au moment opportun

3 - Pendant que le groupe 1 visitera la Grotte de GARGAS, le groupe 2 visitera la Safranière et inversement.

4 - Conseil : Il fait 11°C dans les grottes, prévoyez des vestes chaudes même s'il fait beau temps ce jour-là.

5 - Fin des visites - départ via le Casino pour le repas et divertissement : accordéoniste - danse - machine à sous... vous aurez le choix !!!

Retour vers 18h 


Découverte du nouveau musée de Saint-Gaudens le 20 octobre 2018 à 14h.




Comptes-rendus de nos activités et sorties 

Saison 2017/2018

Afin de permettre aux adhérentes des différents groupes de se retrouver et de mieux se connaitre, cette saison encore l'Association Comminges Aquatique s'est appliquée à essayer d'organiser au mieux plusieurs activités et sorties.

Samedi 17 mars 2018

Loudenvielle - Balade en vallée du Louron

Compte rendu de Colette Castex

Deux bus ont été affrétés pour le départ de Saint Gaudens à 7 heures du matin .

Les adhérentes avaient 4 disciplines au choix pour meubler la matinée.

Nombreuses d'entre elles avaient opté pour la sortie de 2 heures 30 en raquettes à Peyressourde.

Trois moniteurs prenaient en charge les groupes et initiaient nombre d'entre elles.

Foulards, cols montants, blousons, lainages ont très vite atterris dans les sacs à dos ou noués savamment par les coaches très attentionnés, sur les lanières.

Concentrées ou par manque d'oxygène, les plus bavardes laissaient tout au long la radio éteinte.

La montée fut raide mais à chaque pallier la splendeur du paysage joignait l'utile à l'agréable.

Et voilà que les plus aguerries, doublaient en chantonnant les plus passionnées d'immensité ....

Tout là-haut, dans un silence solennel la montagne, revêtue de son beau manteau blanc, nous laissait découvrir ses pics plongeant abrupts vers les vallées du Louron et de Bigorre. L'effort valait bien la chandelle. Malgré un soleil radieux, le vent si vif, nous enveloppa très vite d'une température hivernale que seuls le café et le thé offerts par nos guides ont pu réchauffer.

Pour la descente, le groupe se défait et laisse libre cours à chacune de son rythme.

Pendant ce temps, quelques adhérentes avaient profité des rayons du soleil tant attendu ces derniers jours, pour se balader calmement autour du lac ou pour faire sportivement une marche rapide.

D'autres, soucieuses de leur corps, se sont laissées aller au bien être des massages et soins du corps.

Nous les avons retrouvées, relâchées, lissées de leur tracas et soucis quotidiens.

Par manque de participantes, la séance d'aquagym n'a pas eu lieu.

Après un copieux et savoureux repas pris en commun à 13 heures sur le site de Loudenvielle, une séance de deux heures de thalasso a offert à chacune ses bains bouillonnants, ses bassins incas, ses jets massant, son sauna, son hammam, son mur de glace, son jacuzzi sous la tombée de la neige....

Mais, l'heure, c'est l'heure, à 17 heures, le départ s'organisa sous de gros flocons de neige.

Excellente journée de détente dans les Pyrénées ou chaque adhérente a pu recharger ses batteries.

Bravo et merci aux membres du bureau mais surtout à Madame La Présidente organisatrice de cette belle ballade.

     ESCAPADE EN CHARENTE MARITIME

        1 - 2 et 3 JUIN 2018

Compte rendu d'Anne-Marie Saboulard

Comminges Aquatique met cette année le cap vers les Amériques .... Mais, s'arrêtera à l'Ile d'Oléron via Cognac et La Rochelle.

Vendredi 1er Juin - 6 Heures - Place Pégot

Embarquement immédiat pour Cognac 1ère étape.

Par le truchement de Cécile l'accompagnatrice, nous voyageons en compagnie d'Aliénor d'Aquitaine qui au XII ième siècle règne sur cette région féministe avant l'heure, jusqu'à faire trembler le roi de France.

Les nombreux monastères aperçus témoignent de la présence des pèlerins qui au Moyen-Age empruntaient ces routes pour se rendre à St-Jacques de Compostelle.

12 Heures - Arrivée à Cognac, déjeuner dans un restaurant très agréable au bord de la charente et visite du château royal où est né et a vécu François 1er.

Ce château abrite depuis 1795 les cognacs du Baron Otard, célèbre maison connue dans le monde entier. Visite des caves où l'on apprend ; que les murs sont noirs car recouverts de champignons générés par la part des anges, que la chapelle où a été baptisé François 1er abrite les poudres qui servent à l'assemblage. Et nous buvons du cognac à la santé de François qui de la haut aurait certainement bien aimé trinquer avec nous.

Emoustillées par cette halte alcoolisée, direction le château de la Roche-Courbon à quelques kilomètres de là. Magnifique bâtisse qui a connu bien des malheurs depuis sa construction en 1475.

Mais, grâce à l'intervention du Monsieur patrimoine de l'époque, l'écrivain Pierre Loti, ce château a retrouvé sa grandeur passée.

Accueillies par une guide qui ferait aimer l'histoire de France même aux plus réfractaires, nous partageons avec elle son enthousiasme pour ce château construit sur un éperon rocheux dominant des marécages qui s'offre le luxe d'entretenir de magnifiques jardins à la française poussant sur pilotis unique sensationde marcher sur des jardins suspendus dans un cadre rappelant les jardins de Versailles .

Continuation en direction de Châtelaillon où nous attend notre hôtel « Le Majestic ».

La journée a été longue et une bonne nuit de sommeil sera la bienvenue.

Samedi 2 juin

Après un copieux petit déjeuner sous un beau soleil, direction La Rochelle ville huguenote qui a payé dur sa désobéissance au pouvoir royal mais qui aujourd'hui a récupéré ses titres de noblesse.

Cornaquées par Cécile, nous nous promenons dans les ruelles centenaires bordées d'arcades parfois pavées de cailloux importés du Canada, ramenés par les négociants faisant commerce des fourrures et servant à accoster les bateaux.

Différents styles architecturaux ornent les maisons et palais.

En longeant le Vieux Port, arrivée devant le grand vaisseau de verre et de bois abritant le grand Aquarium où vivent plus de 12000 animaux marins des mers du monde entier.

Du plus beau au plus laid, du plus petit au plus grand, du plus sympa au plus méchant (le requin), c'est un véritable spectacle vivant auquel on assiste subjuguées.

Mais eux, derrière leur carreau, n'en ont-ils pas assez de faire de la figuration ?

On ne le saura jamais, dommage !!!

Déjeuner sur le port et départ pour Fort Boyard, promenade en mer sous un soleil radieux et un océan paisible mais déçues par ce voyage ; le Père Fouras n'ayant pas voulu nous recevoir !!!!

Retour au Châtelaillon où le Majestic nous attendait à ne pas confondre avec le Majestic de Cannes sur la croisette !!! Mais, heureusement que l'apéritif pris sur le bord de mer et gratuitement offert par la Présidente est venu remonter le moral des troupes si besoin était !

Dimanche 3 Juin

Départ pour l'Ile d'Oléron sous le regard bienveillant des cigognes nichées sur les pylônes électriques. Aperçu en passant à Rochefort, du pont transbordeur unique en France classé monument historique.

Tour de l'Ile, grande île très verdoyante et arrivée au bout du bout devant le phare de Chassiron.

Puis, attendues dans un site ostréicole, sagement installées sur des bancs, une charmante ostréicultrice nous raconte son métier. Dur métier soumis aux aléas climatiques et aux différentes maladies qui frappent nos mollusques ; après les portugaises, ce sont les japonaises qui commencent elles aussi à être victimes de la pollution. L'avenir de cette filière ne semble pas être au beau fixe.

Dommage car les huîtres Marennes-Oléron sont excellentes si l'on en juge par la dégustation qui nous a été offerte.

Déjeuner à Oléron et 15 heures sonnent la fin de la partie.

Retour vers la vraie vie qui sera néanmoins nourrie par trois jours de découvertes de notre patrimoine culturel historique et gastronomique.

Trois jours de rires et de bonne humeur, trois jours de partage entre générations qui fait la richesse de Comminges Aquatique.

Merci à Comminges Aquatique, longue vie à toi.


Lac de Sède à Saint-Gaudens 2 ET 3 JUIN 2018

LE RELAIS POUR LA VIE

Le Comité de Haute-Garonne de la Ligue contre le cancer nous a invité à participer à un événement sportif organisé en hommage aux malades afin de récolter des fonds pour lutter contre cette maladie.

Le Relais est un événement unique en France qui rassemble pendant 24 heures non-stop des équipes de marcheurs et de coureurs qui relèvent le défi de se relayer sur une piste qui leur est réservée.

Sportif ou ludique, en marchant ou en courant l'essentiel est de participer à n'importe quel moment des deux journées.

Un bon nombre de nos adhérentes étaient de sortie pour 3 jours mais L'association a été tout de même bien représentée et glacée 8ème pour les dons récoltés

Merci pour la Ligue.

 

                                                                        Saison 2016/2017 

Voyage à Bordeaux, 20 et 21 mai 2017    

Les 20 et 21 Mai 2017, Comminges Aquatique changeant l'eau en vin, une fois n'est pas coutume, a

dècidé d'immerger ses adhérentes dans le monde de la viticulture et du vin et de les conduire dans la capitale du vin, Bordeaux, et à Saint- Emilion.

57 volontaires se sont donc retrouvées à 6h15 devant la piscine et montèrent dans le car.

Après un arrêt ''technique'' conforté par la distribution de croissants, direction la 

1° étape et la découverte de la Cité du vin.

Après plusieurs tours et détours, nous arrivâmes enfin devant la dite Cité, un bâtiment

d'architecture futuriste de verre et d'aluminium, qui ne ressemble à rien, ou à tout, mais surprend

par sa grandeur.

A l'entrée on nous distribue notre ''compagnon digital '' qui permet de déclencher les contenus

interactifs des différents espaces situés au 2° étage ,

Mais où se poser quand on est sollicité par autant de centres d'intérêts historiques, œnologiques

géographiques, etc., quand il n'y a pas de sens de visite préétabli ; de sorte que cette visite se

transforme en errance entre les espaces avec l'impression d'avoir tout vu et rien retenu.

L'heure tournait et nous étions attendues à 12h au 9° étage pour un rendez-vous très important :

une dégustation de vin au Belvédère ,

Là, le paradis des ivrognes ! Du vin du vin du rouge, du blanc, du rosé, du sec, du doux... de quoi

nous faire voir les toîts de Bordeaux en double ou en triple !

L'heure du repas avait sonné et après avoir joué à cache-cache avec le restaurant nous pûmes

enfin apprécier les nourritures terrestres ( poisson et fondant au chocolat ) !!

2° étape visite guidée de Bordeaux

Rendez-vous place des Quinconces où deux guides nous attendaient et le groupe se sépara

La guide de mon groupe, amoureuse de cette ville, nous raconta l'histoire de la ''belle endormie ''

qui se réveilla vers les années 1990 et s'envola dans une description très approfondie du

monument des Girondins. Ce monument, érigé fin XIXe, de style pompier en leur

honneur ( ils furent massacrés par les Montagnards à la Révolution ) est constitué d'une fontaine

composée d'imposants chevaux et d'une colonne la surmontant sur laquelle repose une femme-

oiseau célébrant la République triomphante.

Ensuite, visite de l'église Notre Dame : façade de style baroque originale ; à l'intérieur par ses grilles

en fer forgé et dorées à l'or fin qui sont une caractéristique des bâtiments de Bordeaux.

Promenade dans le quartier bourgeois dit du '' triangle d'or '' qui tire son nom de sa forme

triangulaire que l'on obtient en reliant les cours de l'Intendance, Georges Clémenceau, les allées

de Tourny et place des Grands Hommes, bordés de magnifique hôtels en pierre du XVIIIe  siècle,

qui témoignent d'un passé florissant lié aux activités commerciales portuaires...

Entrée dans le Grand Théâtre où l'architecte Victor Louisa a innové en construisant le grand escalier

que copiera plus tard Charles Garnier pour l'Opéra de Paris.

La visite guidée se termina place de la Bourse,  magnifique place au bord de la Garonne, qui se

regarde dans un miroir d'eau. Notre guide nous abandonna non loin de là, rue Sainte Catherine

caverne d'Ali Baba ou les 250 boutiques n'attendent que nos cartes bleus !!

Les moins courageuses, ou les plus sages, s'installèrent tranquillement à la terrasse d'un café en

attendant l'heure de rejoindre le car pour regagner l'hôtel.

Départ prévu : 18h30.  Long moment de solitude pour le chauffeur qui ne pouvait sortir du parking

car gêné par une série de cars garés de chaque coté de la rue. Enfin après moult essais, on prit

la direction de l'hôtel situé à l'extérieur de la ville dans les nouveaux quartiers.

Arrivée à l'hôtel, distribution des clés des chambres et installation rapide, le dîner étant prévu à

20h . Après une journée aussi dense, l'envie d'aller se reposer s'imposa d'autant plus que la situation

géographique de l'hôtel ne permettait pas de sortir : rien à voir.

Dimanche 21 Mai

Départ de l'hôtel vers 9h sous un grand soleil pour rejoindre Saint-Emilion inscrit au programme.

Paysage de vignes à perte de vue : nous sommes au cœur du vignoble bordelais.

Arrivées à destination après une petite heure de route, nous montons par une ruelle pavée bordée de boutiques à se damner et arrivons place du clocher ou nous attendait la guide.

Elle nous amena visiter la chapelle de la Trinité, chapelle désaffectée de style gothique vendue à

un tonnelier qui y enfumait ses tonneaux, ce qui a permis la conservation de fresques du XIII siècle,

puis visite des Catacombes et de l'Eglise Monolithe véritable curiosité.

La flèche de son clocher culmine à 68 m, les piliers qui la soutiennent sont corsetés de

barres de fer.

Visite trop rapide, car autant de curiosité aurait mérité d'y passer plus de temps mais nous étions

attendues au château Moulin de Lagnet, vignoble situé dans l'aire Saint-Emilion. Propriété familiale

de 9 hectares, les vignes y sont cultivées en agriculture biologique. La propriétaire nous fait visiter

les chais et les caves et nous explique les différentes étapes de la fabrique d'un vin.

Dégustation de son vin Saint-Emilion vieilli en cuve inox et Saint-Emilion Grand cru vieilli en fut

de chênes.

Mais ce voyage dans le pays du vin ne peut pas se terminer sans ramener quelques bonnes bouteilles. Une bonne journée pour la propriétaire du château !!!

Arrivée au restaurant cadre sympathique repas correct vin à volonté servi par une jeune serveuse

qui en toute innocente nous explique que les restes de pain servent à faire des ''gâteaux basques ''

On nous servit en dessert du pudding!! bon appétit.

Nous avions trop perdu de temps à table pour faire une ballade dans la ville.  Il fallait repartir avec

regret nous nous installâmes dans le car.

Arrivée à Saint-Gaudens à 20h15.

Dispersion des troupes, ravies de ce séjour trop court mais riche en enseignements qui se retrouveront le lendemain et les jours suivants dans l'eau de la piscine au cours des séances d'aquagym de Comminges Aquatique.

Anne-Marie Saboulard

SAISON 2015/2016 



Pour évoquer la cité ancienne de Saint-Gaudens, enserrée entre ses murailles et ses portes, nous étions bien placées, en bas du musée, pour nous figurer les anciens remparts à l'emplacement des maisons du boulevard Jean-Bepmale. Le bâtiment du musée, ancienne mairie datant de 1875, avait pris la place de l'ancien Palais communal qui dominait la Porte Neuve, actuel passage Mont-Unité, avec ses escaliers.


Visite 

« Saint-Gaudens méconnu, monuments disparus »


samedi 21 juin 2016


Vous faire visiter Saint-Gaudens sous ma houlette est une idée de Nicole, qui m'avait sollicitée il y avait ... un certain temps, avant que ce projet ne se réalise !

Le rendez-vous était fixé à 9h, en ce beau 21 mai, place de Barbastro/boulevard Jean-Bepmale. vous étiez une trentaine de curieuses.

Pour évoquer la cité ancienne de Saint-Gaudens, enserrée entre ses murailles et ses portes, nous étions bien placées, en bas du musée, pour nous figurer les anciens remparts à l'emplacement des maisons du boulevard Jean-Bepmale. Le bâtiment du musée, ancienne mairie datant de 1875, avait pris la place de l'ancien Palais communal qui dominait la Porte Neuve, actuel passage Mont-Unité, avec ses escaliers.

Un bon exercice nous attendait ensuite pour nous mettre en jambes : la traversé de l'avenue Henri -Montagut avant de descendre le Passage Jean-d'Aulon, avant de gravir le rampaillon donnant sur la rue des Fontaines et accéder aux cours de récréation du collège Leclerc, aimablement ouvertes par Josette Cazes, maire adjoint chargée des affaires scolaires. Jouxtant la résidence des évêque de Comminges, ce bâtiment a été construit au XVIIè siècle, avant d'être transformé en lycée, sous Napoléon. Dans la cour principale, nous avons découvert le monument édifié à la mémoire des élèves du lycée Morts pour la France lors du premier conflit mondial. Le médaillon en a été réalisé par le sculpteur André Abbal, dont le beau-père enseignait les mathématiques au collège avant 1914. Colette m'a indiqué que le collège dispose toujours de son propre puits, dont les eaux sont analysées régulièrement... Eh oui, beaucoup de sources affleurent sur ce versant sud du plateau occupé par la ville.

Nous avons refait ensuite le circuit en sens inverse,  puis rejoint les rues Jean-Pégot et de de la République où nous avons remarqué les maisons à colombages de cette partie de la ville, construite hors des remparts au XVIè siècle, autour de l'ancien Couvent des Trinitaires. Nous en avons admiré la façade XVIIIè depuis la cours extérieure (actuelle CCI).

Arrivant vers la place Jean-Jaurès, nous avons ressuscitée l'ancienne halle du Marcadaou, démolie en 1864, avec ses couverts et ses boutiques le long de la collégiale.

Nous nous sommes attardées au chevet de l'église romane et repéré les fenêtres de l'édifice primitif, avant de faire une pause sur la terrasse du café Français.

Certaines d'entre vous ont découvert ensuite pour la première fois le cloître et la salle capitulaire jouxtant la collégiale. Le cloître a été remonté à la fin des années 1980, après avoir été détruit à la Révolution. Tous ses chapiteaux n'ont pas pu être retrouvés, certains ne sont que des moulages. Je vous ai raconté les péripéties de ce chapiteau, découvert par hasard dans un mur de l'ancienne clinique Bergès dans les années 1960, que la propriétaire n'avait pas accepté de restituer dans les années 1980, mais dont elle avait laissé faire un moulage. Vendu par ses héritiers aux enchères à Toulouse en juillet dernier, il a été adjugé 42000€. Un certificat d'exportation devait être demandé en novembre car il devait être vendu en Belgique 165000€. Après âpres négociations avec des conservateurs du Louvre, le vendeur a accepté de céder le chapiteau 90000€ à la ville de Saint-Gaudens. La ville tente aujourd'hui de le racheter avec l'aide de financements publics et de la Fondation du Patrimoine.

Découverte ensuite de la salle capitulaire, du XIIIè siècle, où se réunissait les chanoines qui administraient la collégiale et où depuis 2009, le musée propose l'été des expositions.

Nous avons ensuite rejoint la rue Victor-Hugo, pour découvrir le plus ancien édifice de Saint-Gaudens : la tour médiévale située dans une petite impasse au bout de laquelle Mireille, nous a indiqué un jardin remarquable. Elle habitait autrefois dans cette rue où son papa ébéniste tenait les meubles Barousse. Les souvenirs de cette ancienne artère commerçante ont afflué ! Déjà au moyen âge se trouvait là, square Saint-Jean, la halle de Peyre, ancienne halle aux grains qui fût frappée d'alignement. Après un regard pour les maisons de cette rue, à l'architecture typique décorées de lambrequins aux fenêtres, de terres cuites ou de grilles remarquables, nous avons emprunté le passage du Barry, longeant la médiathèque, décoré d'un alphabet en céramique réalisé par la plasticienne Véronique Barthe, et rejoint le Boulevard Jean-Bepmale.

Nous ne pouvions pas visiter Saint-Gaudens sans évoquer la porcelaine qui y était fabriquée au XIXè siècle. Au bout du boulevard, nous avons donc fait une pause devant la Villa des Fleurs, maison de Blanche Fouque, fille des céramistes, qui était ornée de cinq magnifiques cheminées en porcelaine, malheureusement vendues, mais dont une a pu être rachetée par le musée Paul-Dupuy de Toulouse.

Remontant le boulevard Jean-Bepmale, nous avons évoqué l'histoire de la construction de cette artère autrefois traversée par la rue de Goumetx et comportant des maison côtés sud. Pour réaliser la jonction du boulevard des Marronniers et des Tilleuls, la municipalité Bepmale a dû racheter, exproprier, pendant des décennies pour enfin réaliser la promenade que nous connaissons.

Nous avons regardé d'un œil nouveau les constructions du côté nord du boulevard, construite sous l'ancien rempart, disposant de soulanes, ces balcons sous les toits conçus pour profiter du soleil.

Un des premiers édifices construit sur l'ancien rempart et tourné en partie vers le sud de la ville est l'ancien hôtel particulier de la famille de magistrats Tatareau, bâti au XVIIIè siècle, devenu aujourd'hui la mairie après avoir été une école.

Après avoir rejoint notre point de départ, nous avons repris nos véhicules et marqué un arrêt, boulevard des Pyrénées, auprès de la statue La femme sur le bœuf ou plus exactement Femme sur le taureau, comme me l'ont fait remarquer certaines, puisque l'artiste s'est sans doute inspiré de l'enlèvement d'Europe par Zeus ! Cette œuvre est un bloc de granit sculpté par André Abbal (1876-1953), décédé à Carbonne où il a laissé un musée installé dans sa propriété.

Nous avons ensuite gagné la chapelle de la Caoue, construite au-dessus d'une fontaine, sur le lieu de la décapitation du jeune berger Gaudens qui a donné son nom à la ville. L'édifice, vendu comme bien national à la Révolution et passé par bien des vicissitudes, a été reconstruit par monseigneur Compans, en calcaire de Furne, sur les plans de l'architecte Castex.

Le pique-nique sur les tables a proximité a été le bienvenu, pris en compagnie de Gérard Castérès qui nous a fait découvrir dans l'après-midi, les berges de la Garonne à partir des Écuries de Saint-Anne et leurs potentialités indéniables. A quand une ballade aménagée pour découvrir le fleuve, magnifique, que nous avons pu apprécier à travers la végétation? Merci à Madame Ousset de nous avoir laissé passer sur sa propriété.

C'est en fin d'après-midi que notre petit groupe s'est séparé.

Marie Laure

VISITE ST GAUDENS ET BERGES GARONNE


Merci à Marie-Laure et Gerard  pour les découvertes et l'agréable journée !